Le saviez-vous ? Le Porc Blanc de l’Ouest, rebaptisé « Porc Celte » un enjeu d’avenir agro-écologique !

Le porc blanc de l’Ouest a été délaissé dans les années 70, au profit d’animaux issus de croisements entres races, plus rapides à engraisser pour plus de rendement. Il faut compter dix à douze mois d’engraissement pour un porc blanc de l’Ouest, contre six mois pour un porc industriel.

Cette race locale est également inadaptée à l’élevage industriel hors sol, c’est un animal qui ne supporte pas la concentration et qui a besoin de vivre en plein air, sans stress ! (L’élevage de plein air représente moins de 1 % de l’élevage français porcin.)
Il consomme peu d’énergies fossiles et aide à la bonne gestion de la fertilisation organique.
Il entretient également l’espace en favorisant la biodiversité, grâce à ses performances écologiques (maintien du bocage).

Un syndicat a été créé en 1972 afin d’éviter la disparition de cette race. Les éleveurs ont souvent leur propre circuit de vente directe aux consommateurs ou aux restaurateurs, vous ne trouverez jamais ce produit exceptionnel en supermarché, pas conforme aux modèles industriels.

Le porc blanc de l’Ouest donne une viande savoureuse, le dépôt de graisse est plus important que sur le porc industriel, du fait de sa croissance plus lente. Celle-ci contient des acides gras poly-insaturés (omégas 6 & 3 utiles pour le système immunitaire, la peau et les cellules nerveuses).

Lors de la cuisson la viande diminue beaucoup moins, le surplus de gras agit également comme un exhausteur de goût.

A découvrir à La Ferme Celtique, pour tous ceux qui consomment de la viande de porc ! Vous y trouverez également différentes terrines, rillettes et pâtés de Porc Celte uniques dans cette race !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *